Un jour… l’envie vous prend de fabriquer vos encres. Ce n’est pas toujours une chose simple à faire mais par contre, c’est extrêmement agréable de jouer à l’apprenti chimiste !

La plus simple

J’ai eu l’occasion d’avoir à ma disposition un arbre extraordinaire; un noyer très vieux et généreux, et tous les automnes, je récupérais les noix, que j’adorais manger, mais aussi ramasser le brou.

Rien n’était perdu.

Fabriquer et obtenir du brou de noix est très simple et rapide.

  • Ramassez le brou de noix, de préférence avant que les pluies aient déjà fait dégorger le brou.
  • Faites bouillir 2 heures la quantité de brou que vous souhaitez, dans une casserole uniquement pour vos expériences d’alchimiste. (la proportion entre la quantité de brou et d’eau fera une encre plus ou moins foncée)
  • Filtrez plusieurs fois et stockez votre encre de préférence dans des petits bocaux.

Pour une utilisation dans les quelques semaines, cela convient parfaitement.

Méfiance !

Par contre, si vous voulez la stocker à plus long terme, il faut y rajouter un anti-moisissure. Et là, je peux vous dire que c’est moins évident. A chaque fois que vous allez ouvrir votre bocal, l’air va en profiter pour s’attaquer à votre belle brune ! Quelques jours plus tard, une petite trace de moisissure se fera voir en surface.

J’ai donc essayé d’y ajouter du jus de citron, de la poudre d’Alun, et du cuivre. Tout cela fonctionne à peu près. Mais je reste très prudente dans son utilisation, de peur que dans le temps, l’encre de brou de noix libérée à l’air pendant la phase de peinture, ne se transforme en champignon ayant pour nid, le papier.

 

A vos casseroles !